L’emploi du mot « crainte/peur » dans le Noble Qur’an

 

 

 

بسم الله

[callout font_size=”24px” style=”violet”]Introduction[/callout]

Il y a de cela quelques années, nous avions notre cours de تفسير  {Tafsir : exégèse} de Juz Amma avec le frère Nouman à la mosquée, où il aborda brièvement quelques différents mots employés pour exprimer « la crainte/peur » dans le Qur’an. J’ai été fasciné par ces mots et je décidais alors de faire quelques recherches sur leur sens et utilisations dans le Qur’an, et partager ce que j’en ai appris.

Le dictionnaire Oxford donne pour « fear » {crainte/peur} :
Nom
1. Un sentiment désagréable causé par la menace d’un danger, d’une souffrance ou d’une violence.
2. La probabilité que quelque chose de fâcheux se produise.
Verbe
1. Être effrayé
2. (Craindre de) Être anxieux à propos de quelque chose.
3. Vue archaïque (Dieu) : avec révérence, respect mêlé de crainte.

Nous avons quelques mots pour décrire cette émotion en anglais (et français) tels que : effrayé, anxieux, terrorisé, paniqué, affolé. Tous ces mots ont la même signification et sont quasiment synonymes.
L’arabe, d’un autre côté, a un nombre considérable de mots pour décrire cet état, chacun véhiculant différents détails et connotations. Rien que le noble Qur’an contient 10 mots se rapportant à la « crainte-peur ».

 

[callout font_size=”36px” style=”violet”]خَوْف[/callout]


خَوْف c’est de percevoir un danger associant une crainte d’un dommage corporel.
خَوْف est le type de crainte nous pouvons ressentir lorsqu’un chien commence à nous poursuivre.

Allah تعالى dit :

[79.40]
وَأَمَّا مَنْ خَافَ مَقَامَ رَبِّهِ وَنَهَى النَّفْسَ عَنِ الْهَوَى
Et pour celui qui aura redouté de comparaître devant son Seigneur, et préservé son âme de la passion,

Le croyant craint quelque chose qui est manifeste, réel, marqué dans ce verset par le terme خَوْف. Allah عَزَّ وَجَلَّ ne dit pas dans ce verset que la personne craint leur Seigneur, mais craint de se tenir devant son Seigneur, alors par cette crainte, il se préserve de l’avidité et désirs passionnelles.

D’un autre côté, Allah dit à propos des mécréants :

[74.53]
كَلَّا بَل لَا يَخَافُونَ الْآخِرَةَ
Ah ! Non ! C’est plutôt qu’ils ne craignent pas l’au-delà.

Dans un autre verset, Allah تعالى dit à propos des Quraïsh :

[106.4]
الَّذِي أَطْعَمَهُم مِّن جُوعٍ وَآمَنَهُم مِّنْ خَوْفٍ
qui les a nourris contre la faim et rassurés de la crainte !

Alors que la plupart des tribus arabes s’inquiétaient d’être envahies ou en guerre, Allah تعالى les protégea et les honora en accordant à la Mecque la sécurité.

 

[callout font_size=”36px” style=”violet”]خَشْيَة[/callout]

 

خَشْيَة est la crainte due à une connaissance et qui amène à réagir.
C’est quand nous connaissons la grandeur et l’envergure de ce que nous craignons, le résultat est que nous avons un sentiment de respect mêlé de crainte, une crainte révérencielle.
Allah تعالى a dit à Son messager صلى الله عليه وسلم :

[36.11]
إِنَّمَا تُنذِرُ مَنِ اتَّبَعَ الذِّكْرَ وَخَشِيَ الرَّحْمَن بِالْغَيْبِ
Tu avertis seulement celui qui suit le Rappel, et craint le Tout Miséricordieux, malgré qu’il ne Le voit pas.

Allah تعالى décrit celui qui tire profit du Qur’an : il a de la  خَشْيَة  pour  الرَّحْمَن  {Le miséricordieux}. Par l’emploi du Nom d’Allah « الرَّحْمَن », il est signifié le niveau de leur  خَشْيَة. Nous craignons  الجبّارُ  {Le Contraignant} et  العزيز  {Le Tout-Puissant}, mais craindre  الرحمن, le Tout-Miséricordieux, est le plus haut niveau d’authenticité dans la crainte d’Allah.
Ces personnes ont la  خَشْيَة  d’Allah  بِالْغَيْبِ  {par l’invisible}.

Par ce qui est invisible {بِالْغَيْبِ} peut être interprété de deux manières :

  1. Ils craignent Allah et ont un respect mêlé de crainte envers Lui quand ils se retrouvent seul.
  2. Ils craignent Allah et ont du respect mêlé de crainte envers Lui alors même qu’ils ne Le voit pas.

Dans l’un des versets très connu, Allah تعالى dit :

[35.28]
إِنَّمَا يَخْشَى اللَّهَ مِنْ عِبَادِهِ الْعُلَمَاء إِنَّ اللَّهَ عَزِيزٌ غَفُورٌ
Parmi Ses serviteurs, seuls les savants craignent Allah. Allah est, certes, Puissant et Pardonneur.

Imam Ibn Khathir رحمه الله précise, au regard de ce verset : « Seulement ceux qui ont la connaissance craignent vraiment Allah comme Il doit être craint, car plus nous en savons sur le Tout-Puissant, le Tout-Connaisseur, Qui a les plus parfaits attributs et qui est décrit par les plus beaux Noms, et plus nous Le craignons.

 

[callout font_size=”36px” style=”violet”]خُشُوع[/callout]

 

خُشُوع  est une crainte qui se manifeste non seulement dans notre cœur, mais également sur notre visage et tout notre être.
Allah تعالى précise :

[23.1]
قَدْ أَفْلَحَ الْمُؤْمِنُونَ
Bienheureux sont certes les croyants,

Et la première qualité de ces croyants qui ont réussi :

[23.2]
الَّذِينَ هُمْ فِي صَلَاتِهِمْ خَاشِعُونَ
ceux qui sont humbles dans leur Salat,

C’est ce genre de crainte que nous devrions avoir lors de la prière {صَلَاة}. Cette crainte devrait être présente sur notre visage et non juste dans nos cœurs.
Si le cœur a la  خُشُوع, notre corps aura la  خُشُوع. Donc  خُشُوع  n’est pas qu’un état du cœur mais un état qui est apparent dans les agissements d’une personne, son attitude et ses gestes.

Dans cette vie ici-bas, le croyant a ce  خُشُوع  mais au Jour Dernier {الْآخر} Allah le Très-Haut précise, à propos des mécréants :

[79.9]
أَبْصَارُهَا خَاشِعَةٌ
et bien des regards seront frappés d’humiliation !

Ces regards qui ne se sont pas soumis à Allah dans ce monde ici-bas auront la  خُشُوع  au Jour Dernier. Cette crainte sera alors apparente sur les traits de leur visage, visages plein de honte, d’humiliation et d’avilissement.

 

[callout font_size=”36px” style=”violet”]تَقْوَى[/callout]

 

تَقْوَى  est le mot le plus courant pour parler de crainte. Il vient de la racine  وِقَايَة  qui signifie « protéger » et est utilisé dans le sens de bouclier.
تَقْوَى  est « se protéger » des conséquences de nos propres actions. C’est « se protéger » de deux manières :
1. Cesser de pécher
2. Accumuler de bonnes actions par crainte de la punition d’Allah le Très-Haut.

Dans le verset concernant  الْحَجُّ , Allah تعالى dit :

[2.197]
وَتَزَوَّدُواْ فَإِنَّ خَيْرَ الزَّادِ التَّقْوَى
Et prenez vos provisions, mais vraiment la meilleure provision est la piété.

Ce verset est très beau car Allah le Très-Haut nous commande de prendre des provisions durant le pèlerinage, ce qui est une réelle dépendance vis-à-vis d’Allah, mais c’est aussi un avertissement qu’Il nous donne, faire des réserves pour la vie dans l’au-delà, qui est  تَقْوَى.

Durant le pèlerinage, nous sommes mis à l’épreuve sur plusieurs aspects et nous devons nous tenir éloignés de certains agissements qui sont normalement licites dans d’autres situations.
La seule façon de se brider soi-même et d’être patient durant le pèlerinage, c’est d’avoir la  تَقْوَى  d’Allah.

 

[callout font_size=”36px” style=”violet”]حَذَر[/callout]

 

حَذَر  c’est de se mettre à l’abri de quelque chose, hors de danger, être prudent car à proximité de ce danger. Allah اللَّهُ عَزَّ وَجَلَّ emploi ce type de crainte pour décrire les hypocrites dans plusieurs versets. Il dit :

[9.64]
يَحْذَرُ الْمُنَافِقُونَ أَن تُنَزَّلَ عَلَيْهِمْ سُورَةٌ تُنَبِّئُهُمْ بِمَا فِي قُلُوبِهِم
Les hypocrites craignent que l’on fasse descendre sur eux une Sourate leur dévoilant ce qu’il y a dans leurs cœurs.

 

[callout font_size=”27px” style=”violet”]راعَ[/callout]

 

راعَ  c’est de faire sursauter quelqu’un ou d’être embarrassé sans en connaître la provenance, ce qui inquiète la personne. Ce mot n’apparaît qu’une fois dans le Qur’an, pour décrire la peur qu’Ibrahim عليه السلام a ressenti quand les anges ont refusé la nourriture qu’il leur présentait :

[11.74]
فَلَمَّا ذَهَبَ عَنْ إِبْرَاهِيمَ الرَّوْعُ وَجَاءتْهُ الْبُشْرَى يُجَادِلُنَا فِي قَوْمِ لُوطٍ
Lorsque l’effroi eut quitté Abraham et que la bonne nouvelle l’eut atteint voilà qu’il discuta avec Nous (en faveur) du peuple de Lot,

 

[callout font_size=”36px” style=”violet”]وَجَسَ[/callout]

 

وَجَسَ  est la crainte que nous avons lorsque nous entendons une nouvelle effrayante.
Ce mot peut également signifier l’action de garder notre crainte en nous, dans une situation où nous ne voulons pas laisser apparaître notre peur face à quelque chose ou quelqu’un.

Ibrahim عليه السلام avait de l’appréhension pour les anges, mais il ne le fit pas paraître :

[11.70]
فَلَمَّا رَأَى أَيْدِيَهُمْ لاَ تَصِلُ إِلَيْهِ نَكِرَهُمْ وَأَوْجَسَ مِنْهُمْ خِيفَةً قَالُواْ لاَ تَخَفْ إِنَّا أُرْسِلْنَا إِلَى قَوْمِ لُوطٍ
Puis, lorsqu’il vit que leurs mains ne l’approchaient pas, il fut pris de suspicion à leur égard et ressentit de la peur vis-à-vis d’eux. Ils dirent : « N’aie pas peur, nous sommes envoyés au peuple de Lot ».

Moïse عليه السلام vécut ce trouble intérieur qu’il dissimula, après avoir vu ce que pouvaient faire les magiciens avec leur astuces :

[20.67]
فَأَوْجَسَ فِي نَفْسِهِ خِيفَةً مُّوسَى
Moïse ressentit quelque peur en lui-même.

 

[callout font_size=”36px” style=”violet”]وَجَل[/callout]

 

وَجَل  c’est d’avoir une crainte qui pénètre profondément le cœur. C’est une crainte qui fait trembler et frissonner.
Le mot موجل, provenant de la même racine, est un terrain dénivelé pour un large trou. Lorsque nous arrivons sur un immense trou dans le sol, sorti de nul part, nous sommes pris immédiatement d’une terrible crainte qui nous secoue.
C’est de cette manière qu’Allah le Très-Haut décrit le cœur des croyants. Ils sont immédiatement pris de peur et frapper de crainte envers Lui :

[8.2]
إِنَّمَا الْمُؤْمِنُونَ الَّذِينَ إِذَا ذُكِرَ اللّهُ وَجِلَتْ قُلُوبُهُمْ
Les vrais croyants sont ceux dont les cœurs frémissent quand on mentionne Allah.

 

[callout font_size=”36px” style=”violet”]رَهِبَ[/callout]

 

رَهِبَ  est le genre de crainte qui nous tient alerte, très attentif et ne nous laisse pas de répit. C’est le genre de crainte que les étudiants ressentent lors des examens, agitation, appréhension, c’est un souci passager.

C’est aussi la crainte de décevoir celui ou celle que nous aimons.

Allah le Très-Haut nous ordonne d’avoir de la crainte pour Lui :

[16.51]
إِنَّمَا هُوَ إِلهٌ وَاحِدٌ فَإيَّايَ فَارْهَبُونِ
Il n’est qu’un Dieu unique. Donc, ne craignez que Moi ».

Les croyants en appellent à Allah alors même qu’ils Le craignent {رهب}, et mettent leur espoir ardemment {رَغْبَة} en Lui.
Qui sait dans quelle  دُعَاء  ces deux mots sont cités provenant de la sunna ? Poster un commentaire si vous le savez !

رهب  signifie également une crainte qu’une personne peut avoir parce qu’il est question de son propre salut. Allah تعالى décrit les hypocrites comme étant plus préoccupés de se sauvegarder des mains des musulmans, au lieu de se sauvegarder de la colère d’Allah :

[59.13]
لَأَنتُمْ أَشَدُّ رَهْبَةً فِي صُدُورِهِم مِّنَ اللَّهِ ذَلِكَ بِأَنَّهُمْ قَوْمٌ لَّا يَفْقَهُونَ
Vous jetez dans leurs cœurs plus de terreur qu’Allah. C’est qu’ils sont des gens qui ne comprennent pas.

 

[callout font_size=”36px” style=”violet”]رُعْب[/callout]

 

رُعْب  c’est être submergé par la peur, être terrorisé au point d’en perdre la raison.

Allah سبحانه وتعالى a placé cette crainte dans le cœur des associateurs de la Mecque durant la bataille de Badr :

[8.12]
إِذْ يُوحِي رَبُّكَ إِلَى الْمَلآئِكَةِ أَنِّي مَعَكُمْ فَثَبِّتُواْ الَّذِينَ آمَنُواْ سَأُلْقِي فِي قُلُوبِ الَّذِينَ كَفَرُواْ الرَّعْبَ
Et ton Seigneur révéla aux Anges : « Je suis avec vous. Affermissez donc les croyants. Je vais jeter l’effroi dans les cœurs des mécréants.

رُعْب  est aussi employé pour décrire la réaction d’une personne si elle était passée auprès des Compagnons de la Caverne :

[18.18]
لَوِ اطَّلَعْتَ عَلَيْهِمْ لَوَلَّيْتَ مِنْهُمْ فِرَارًا وَلَمُلِئْتَ مِنْهُمْ رُعْبًا
Si tu les avais aperçus, certes tu leur aurais tourné le dos en fuyant; et tu aurais été assurément rempli d’effroi devant eux.

Allah fit la grotte de telle sorte que personne, comme par exemple un passant curieux, n’aurait pu être capable d’y rester parce que l’atmosphère y était tellement effrayante qu’il était impossible d’y rester, mais plutôt d’être envahi d’effroi.

 

[callout font_size=”36px” style=”violet”]شَفَق[/callout]

 

شَفَق  a plusieurs significations suivant les différentes formes qu’il prend.

ashfaqa est cette crainte que quelque chose puisse arriver à un être aimé. C’est une crainte mêlée d’amour, comme celle d’une mère pour ses petits. Elle est inquiète pour eux.

Les croyants se remémoreront au Paradis :

[52.26]
قَالُوا إِنَّا كُنَّا قَبْلُ فِي أَهْلِنَا مُشْفِقِينَ
Ils diront : « Nous vivions au milieu des nôtres dans la crainte [d’Allah].

Ce verset peut être interprété de deux façons :
1. Les croyants, même parmi les leurs, leur famille, craignaient Allah.
2. Les croyants avaient cette  شَفَق  pour les leur, très inquiets du Jour Dernier pour ceux qu’ils aiment.

Alors que les croyants sont  مشفقين  dans ce monde ici-bas, les mécréants le seront le Jour Dernier.

[42.22]
تَرَى الظَّالِمِينَ مُشْفِقِينَ مِمَّا كَسَبُوا وَهُوَ وَاقِعٌ بِهِمْ
Tu verras les injustes épouvantés par ce qu’ils ont fait, et le châtiment s’abattra sur eux.

Quand ce mot est suivi de  من, comme dans ce verset, il ne porte plus du tout une notion d’amour mais une crainte dans le cœur comme de l’appréhension, l’anxiété, le souci et l’inquiétude.
Essayer d’imaginer la crainte et l’inquiétude ils ressentiront quand ils sauront que les Flammes de l’Enfer les attend. Soit nous sommes  مشفقين  maintenant, soit nous le serons plus tard.

 

[callout font_size=”36px” style=”violet”]وَجَفَ[/callout]

 

وَجَفَ  est la crainte mêlée de malaise. C’est lorsque notre cœur martèle dans la poitrine, d’une peur peu commune. C’est d’être paniqué dans des situations hors-normes.

Awjaftul Khayl signifie « J’ai poussé mon cheval de course au point qu’il a le cœur qui bat en chamade ».

Allah عَزَّ وَجَلَّ nous dépeint le Jour du Jugement :

[79.8]
قُلُوبٌ يَوْمَئِذٍ وَاجِفَةٌ
Ce jour-là, bien des cœurs seront saisis d’épouvante,

Le fait qu’il n’y ait pas de  ال  {article défini} pour  قُلُوب  montre que seulement quelques cœurs auront cette panique ce Jour-là. Certains cœurs battront au point de donner l’impression qu’ils vont sortir de leur poitrine.
La structure de la phrase illustre également qu’ils n’étaient pas effrayés sur le moment, là maintenant ils sont en paix, mais en ce Jour, ils feront l’expérience du  وَجَفَ.
De plus, dans le verset ci-dessus,  وَاجِفَة  est un nom d’agent {فاعِل} donc leur cœur commencera à battre en chamade et ne trouverons plus le repos. La terreur ne s’éteindra pas.

 

[callout font_size=”24px” style=”violet”]Conclusion[/callout]

 

Voilà encore une leçon pour comprendre pourquoi une traduction trahira toujours Al Qur’an, un avant-goût de la complexité de la langue arabe.

Quizz pour les lecteurs :
cherchez un verset qui rassemble quelques uns de ces mots et voyez si vous pouvez mieux en comprendre les différentes significations. Voici un exemple :

[24.52]
وَمَن يُطِعِ اللَّهَ وَرَسُولَهُ وَيَخْشَ اللَّهَ وَيَتَّقْهِ فَأُوْلَئِكَ هُمُ الْفَائِزُونَ
Et quiconque obéit à Allah et à Son messager, et craint Allah et Le redoute… Alors, voilà ceux qui récoltent le succès.

Ce verset réunit  خَشْيَة  et  تَقْوَى.

Nous demandons à Allah تعالى nous faire profiter de ce que nous apprenons, de nous mettre parmi ceux qui tiennent compte du rappel, ceux qui étudient Son Livre et agissent selon ses leçons et d’être de ceux qui entrent dans Al Firdaws Al 3alâ. آمِين

والله أعلم

Source :

http://tayyibaat.wordpress.com/2009/04/18/usage-of-fear-in-the-quran/#more-1352
http://www.linguisticmiracle.com/gems/usage-of-fear-in-the-quran

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s